La liste des DM certifiés par le GMED bientôt rendue publique

18 octobre 2020 Actualité du Dispositif Médical pas de commentaire

Nouveau rebondissement dans l’affaire des implants files qui a révélé la légèreté des organismes notifiés et la nullité des journalistes d’investigation. Une enquête internationale à l’aise dans son époque, bourrée de fausses-informations et enrobée d’indignation.

Un mois au GMED pour communiquer la liste de ses clients

La demande vient vraisemblablement des stagiaires de 3e du Le Monde :

  • 2018 : Le Monde demande au GMED de lui fournir la liste de ses clients;
  • 2018 : surprise : Le GMED refuse;
  • 2018 : sollicitée, la CADA donne raison au GMED, ces informations relevant du secret commercial;
  • 2020 : le tribunal administratif revient sur la décision de la CADA : le GMED a un mois pour communiquer la liste des dispositifs médicaux sur le marché ayant le fameux CE 0459

Heureusement, le tribunal n’a pas suivi Le Monde qui demandait également la liste des DM auxquels le LNE/G-MED a refusé d’accorder le marquage CE.

Que voulait faire Le Monde de ces informations ?

Comme depuis le début du journalisme de cette affaire : les interpréter de manière fallacieuse et voir ses rêves de gorge profonde accomplis.

Aussi, les pisse-copies du Le Monde voulaient ficher les fabricants qui, ayant essuyé un refus du GMED, sont partis chez un autre organisme notifié.

L’idée ? Conclure que les fabricants font le tour des popotes jusqu’à avoir un commercial docile, prêt à marquer CE le premier filet de mandarine venu.

Dans la vraie vie, les rapports de forces sont clairement en faveur des organismes notifiés : les fabricants subissent tarifs, NC et délais; se taisent; et paient.

 

Avec pour seul trophée la liste des CE accordés par le GMED, une information déjà largement publique, et qui sera généralisée avec Eudamed, Le Monde obtient un non-scoop à la hauteur de sa non-investigation.

Bonus / Follow up : l’International Medical Devices Database de l’ICIJ

Créée par le Consortium international de journalistes d’investigation et 58 médias partenaires dans 36 pays durant l’enquête Implant Files, la base de données répond à un besoin critique d’information.

Besoin pas si critique que ça, la base n’est plus mise à jour depuis septembre 2018.

 

Source : Le Monde