ADR Monde • Méthodologie

3 octobre 2020 Risques, x-o-meter 2 commentaires

[article publié le 22 septembre 2020, mises à jour régulières]

Carte des risques du monde

Présentation de la méthode pour l’analyse des risques du monde, à échelle des populations.

Attention : une analyse des risques reste tributaire des indicateurs choisis et des pondérations utilisées, ce n’est pas une réalité physique, mais un moyen de comprendre des situations.

Modélisation du monde en catégories de risques

La modélisation décrite est utilisée pour construire les analyses, elle est le fruit des analyses des corrélations entre les risques.

Catégories de risques

Les analyses des couples bénéfices/risques (voir le § méthodologie) amènent aux catégories suivantes :

Modélisation du monde

Les flèches indiquent les grandes tendances, mais les catégories sont largement interdépendantes.

La corrélation de chaque catégorie avec l’ensemble des risques, ainsi que le niveau maximal de risque (ou bénéfice) pour la catégorie sont reportés ci-dessous :

La corrélation représente la moyenne des valeurs absolues des corrélations entre les catégories.

Définition des gravités des risques

Les gravités (et importances) maximales de chaque catégorie servent de base pour définir les gravités des risques.

Procédure d’identification et d’estimation des risques

La méthode repose sur une estimation du rapport bénéfice/risque selon la norme XP S99-223, elle est applicable à tout sujet d’analyse.

Étapes : 

methodologie analyse monde

Sélection des indicateurs

Les indicateurs sont majoritairement issus de la Banque mondiale, des indicateurs complémentaires proviennent des bases suivantes : Our world in data, RSF, Footprint network, PISA, World Happiness Report , ONU et Global Peace Index,  CIA : The World Fact BookThe Legatum proscperity indexIUCN : Red List Index

Une première sélection se fait selon 3 critères :

  1. L’indicateur doit être macro (concerner des sujets majeurs et varier de manière corrélée à échelle mondiale)
  2. Les données doivent être disponibles pour une large majorité ses pays
  3. Les données doivent être récentes : année courante -1 ou année courante -2 pour la plupart des indicateurs.

Calcul des risques

Le terme risque est ici général : il désigne également les bénéfices.

Les risques sont calculés à partir des indicateurs bruts, selon la formule :

NR = log(X/Y.10NG)

ou X/Y représente un rapport (ex : PIB/habitant) et NG le niveau de gravité.

La définition des rapports X/Y permet une analyse au niveau des populations (et non des pays dans leur ensemble). Y représente le plus souvent le nombre d’habitant ou le PIB.

Pour cette étape, la gravité est fixée à une valeur arbitraire : elle n’entre pas en compte dans les calculs de corrélation.

Exemple de calculs de risques :

  • économie : R = log(Dépense en santé/PIB.10Gravité)
  • santé : R = log(Décès liés à l’au ou à l’hygiène/habitant.10Gravité)
  • écologie : R = log(Nombre d’espèces menacées /Nombre total d’espèces menacées/habitant .10Gravité)

Sélection des risques

Les corrélations sont calculées pour toutes les paires de risques.

Les risques sont exclus si :

  1. la corrélation moyenne avec les autres risques est trop faible (l’indicateur dérive du risque global), hormis certaines catégories non homogènes, comme les risques environnementaux; et/ou
  2. l’écart type est trop faible (l’indicateur est peu loquace).

Identification des thématiques d’analyse

Les thématiques portées par les données sont identifiées par :

  1. Sélection de deux risques opposés: R1 et R2, ex : taux de personnes de moins de 14 ans et taux de personnes de plus de 60 ans; puis
  2. Analyse des corrélations de ces deux risques avec tous les autres indicateurs :
    1. C(1,i) : corrélation de R1 et Ri
    2. C(2,i): corrélation entre R2 et Ri
  3. Les trois risques R1, R2 et Ri sont dans la même thématique si :
    1. C(1,i) > 60% et C(2,i) <-50%, ou
    2. C(1,i) < -60% et C(2,i) >50%
Le seuil de corrélation de 50 % garantit une bonne corrélation entre les risques.

Le fait que les corrélations soient de signes opposés induit que :

  1. Ri est un risque pour la thématique si C(1,i) < -60%
  2. Ri est un bénéfice pour la thématique si  C(1,i) > 60%
Exemples :
Le PIB/habitant est un bénéfice pour la santé, avec C(espérance de vie, PIB/habitant) = +82% et C(Taux de mortalité infantile, PIB/habitant) = -87%.Le taux d’emplois vulnérables chez les femmes est un risque pour l’égalité des sexes, avec C(taux de travailleurs salariés chez les femmes, taux d’emplois vulnérables chez les femmes) =-70% et C(taux de travailleurs familiaux chez les femmes, taux d’emplois vulnérables chez les femmes) = +87%.

Calculs du rapport bénéfice / risque

Le rapport bénéfice risque est évalué pour chaque catégorie, ceci constitue l’indicateur final.

Méthode :

  • Sélection des risques et bénéfices directement reliés à chaque thématique (ex :  le “Ratio élève-enseignant secondaire” est un indicateur type “éducation”, retenu uniquement pour la thématique “utilisation”). Aussi, chaque risque (ou bénéfice) ne sera utilisé qu’une seule fois pour toutes les analyses
  • Pré-estimations des gravités et importances maximales de chaque thématique : estimées en tenant compte des corrélations observées
  • Estimation des gravités et importance de chaque bénéfice et risque, en fonction de la gravité maximale de la thématique
  • Calcul du rapport bénéfice / risque NBR :
NBR = NB – NR = log(Σrisques) – log(Σbénéfices) = log(Σrisquei/réfi × 10Gravité) – log(Σbénéficei/réfi × 10Importance)

Ré-estimations / renforcement des gravités et des thématiques

Les gravités (et importances) sont réévaluées en tenant compte des corrélations entre les B/R des pays pour les différentes thématiques.

Des risques sont ajoutés ou  supprimés en fonction des corrélations, de la qualité et de l’exhaustivité des données.

Discussion

La méthode permet une estimation rationnelle d’un phénomène, elle est d’autant plus efficace que les indicateurs disponibles sont exhaustifs.

La définition des gravités et importances est critique, elles sont à affiner.

L’analyse peut être enrichie de nouveaux indicateurs, les thématiques micros (ex : violences) peuvent contribuer à affiner les analyses et à mieux estimer des niveaux de B/R pour des pays proches.

Articles connexes