Du cas du placebo

31 mai 2021 z. Autre

placebo

Article autour du placebo, utilisé dans le cadre d’essais cliniques par comparaison ou en tant que solution médicale.

Définition et origine du placebo

D’après le CNRTL :

Placebo : Substance sans principe actif mais qui, en raison de son aspect, peut agir par un mécanisme psychologique sur un sujet croyant prendre une substance thérapeutique.

D’après wiki et re-wiki et pubMed :

L’utilisation du placebo pour des essais cliniques remonte au XIXᵉ : il s’agissait de démontrer l’inefficacité d’un traitement de la pneumonie par des sangsues, puis de démontrer l’inefficacité d’un traitement via “baguettes métalliques”, puis de démontrer l’inefficacité d’un traitement homéopathique.

Nous étions à l’apogée du charlatanisme avec les produits de santé.

Le placebo a été détourné utilisé à partir des 50’s pour démontrer l’efficacité des médicaments, qui doivent être statistiquement plus efficaces qu’un placebo.

Un rejet déontologique s’oppose aux traitements par placebo.

Bénéfices et risques d’un placebo

En tenant compte d’une séparation des risques et bénéfices selon qu’ils soient de cause fonctionnelle ou psychologique, on formule :

B(placebo) = B(psy)
R(placebo) = R(psy)

Contraintes d’une comparaison avec placebo

La HAS le rappelle : dans le cadre d’un essai clinique par comparaison l’usage d’un placebo à la place d’une solution alternative est envisageable si :

  • il n’existe pas d’alternative; ou
  • la comparaison à une alternative ne donne pas de résultats fiables; ou
  • le non-recours à une alternative n’entraine pas de risque significatif.

Ce qui est reformulé plus loin :

En pratique, la chirurgie dite placebo est pratiquement impossible et restreinte aux cas où il n’y a aucun comparateur convenable, et lorsqu’elle comporte peu de risques

Apport d’une comparaison avec placebo

Le recours à un comparateur type placebo permet de connaitre la part de fonctionnel et de psychologique dans les bénéfices et les risques :

B(psy) = B(placebo)
R(psy) = R(placebo)

B(fct) = B(solution) – B(placebo)
R(fct) = R(solution) – R(placebo)

La comparaison avec placebo permet de conclure sur les bénéfices et risques associés au fonctionnement du produit, et d’aboutir à leur acceptation, ou non.

Un recours très fréquent aux essais contre placebo en pharmacie permet de ne pas systématiquement comparer les nouveaux médicaments à ceux déjà sur le marché (voir le document de la HAS sur le sujet).

Des DM placebos ?

Il est possible de proposer certains DM en “mode placebo”, par exemple :

  • Une prothèse placebo (la prothèse n’est pas posée, mais l’opération a bien lieu)
  • Un DM inactivé ou rendu inefficace
  • Un DM électromédical en mode “fake” (ex : les rayons ne sont pas émis)

Cela peut être nécessaire pour les évaluations sommatives qui impliquent le patient (voir les notions d’ingénieure de l’aptitude à l’utilisation).

Des DM placebos meilleurs que des DM ?

Le cas se présente si :

Balance médicale(placebo) > Balance médicale(DM)
⇨ B(psy) – R(psy) > B(fct) + B(psy) – R(fct) – R(psy)

⇨ B(fct) – R(fct) < 0

👉 Il est préférable d’utiliser un “DM placebo” si la balance B-R “fonctionnelle” est négative.