De la non-acceptabilité du risque terroriste

Par Guillaume Promé Le 19 octobre 2020 Risques pas de commentaire

Billet rapide pour souligner le caractère particulier du risque de terrorisme en France, bien que très peu probable, les réactions après chaque drame montre sa non-acceptabilité.

Ceci peut vraisemblablement être expliqué par :

  • La gravité : les conséquence pour les victimes allant du handicap lourd au décès en passant par le traumatisme;
  • La forme : très sanguinolente. En écho avec nos pulsions les médias insistent souvent lourdement sur le morbide (voir les cas de décapitations);
  • L’injustice : les victimes n’ont que très rarement crée des situations dangereuses, le terrorisme est souvent aveugle;
  • Le racisme et le rejet de l’islam en France.
  • L’écho que l’on donne à ces actes.

 

En comparaison, quelques estimations de niveaux de risques courants annualisés :

Soit, si l’on regarde les rapports entre les risques :

  • R homicide = 900 × R terrorisme
  • R covid = 28’000 × R terrorisme
  • R viol étudiante = 300’000 × R terrorisme

Ce qui montre l’écart béant entre le niveau des risques et leur acceptabilité, cette acceptabilité dépend énormément de critères culturels (ex : les étudiantes l’ont bien mérité) et de la médiatisation du risque (ex : soirée bfm spéciale décapitation).